mardi 4 juillet 2017

Polaar'Xp 2017 : Bilan qui pique !

De retour aux bercails, vient le temps du bilan.

6719 Kms à moto ; sans compter ceux faits en train, en bateau, ou en bobsleigh.

En Norvège, selon l'ordinateur de bord, une vitesse moyenne de 57,5km/h pour une consommation moyenne de 4,7L/100.
En Suède, une vitesse moyenne de 83,8Km/h et une conso également à 4,7L/100. Cela s'explique par un régime moteur bien plus régulier en Suède car moins de pauses et de virages.

Pour ce qui est des dépenses, je penses avoir quelques oublis, mais globalement ça doit donner quelque chose comme ça :

- Carburant : 350€ (plus un ou deux payés en espèce)
- Ferrys/Train: 840€ (dont 400€ juste pour le train)
- Péages français : 70€
- Alimentaire : 180€ (hors réserves emportées)
- Hébergement : 165€ (plus une partie payée en espèce)
- Retraits : 404€
- Souvenirs : 113€

Soit un montant total de plus de 2000€ (dont 600 payés avant le séjour) ne comprenant pas le pneu arrière qu'il m'a fallu changer, ni les frais bancaires surprise appliqués sur une de mes cartes malgré qu'ils m'aient annoncé le contraire.
En comparaison avec les meilleurs bilans des blogueurs que je suivais avant notre départ, nous sommes au double du prix. Mais à ce tarif là, nous avons dormi tous les soirs en hytte et avons conservé un confort certain. Cela se paye.

Voilà, notre aventure s'est achevée. Il est l'heure de retourner à nos routines quotidiennes. Mais nul doute que ce périple laissera des souvenirs impérissables en chacun de nous, et pour cela, il a rempli toutes mes attentes !

Vv
Et à la prochaine aventure.
On the road Again !

dimanche 2 juillet 2017

Cross country

Dernier jour de voyage avant le retour en France. Nous nous levons tôt afin de coller aux horaires du Ferry puis du train. Malgré un rythme soutenu, nous nous faisons surprendre par un passage pluvieux au Danemark et nous manquons le ferry de fin de matinée. Étant donné les marges que nous nous sommes accordé, nous ne sommes pas encore réellement en retard, mais nous négligeons néanmoins la pause déjeuner.

L'après-midi en Allemagne se fait comme la matinée en mode pressé, et nous arrivons finalement largement dans les temps au terminal de l'auto-train. Validation des billets puis commence l'interminable attente.


Quand au bout de quelques heures un agent s'aperçoit de notre présence, nous chargeons enfin les motos.


Une fois dans notre cabine, nouvelle attente que sonne l'heure du départ. Une fois échue, nous patientons encore sans info sur la raison du retard.

A l'heure où j'écris ces lignes, le train s'ébranle à l'instant. 1h30 de retard tout de même ! Les garçons ont pu regarder la redif du moto gp sans soubresauts du coup.

Bref, demain retour au bercails des images plein la tête mais beaucoup de bonne fatigue aussi… De nouvelles pages ont été écrites, et nous en garderons tous un souvenir impérissable.

A bientôt.
Vv

samedi 1 juillet 2017

Entre les gouttes

Hier soir, nous prenons finalement le métro pour visiter la capitale Suédoise. Nous parvenons à y être suffisamment tôt pour se laisser guider sans l'écouter par Laure qui a déjà eu l'opportunité d'une visite guidée. Nous faisons donc le tour des clichés touristiques immanquable du centre-ville et quelques emplettes auprès des vendeurs de bibelots hors de prix et leurs caissiers typiques de la région (de Jaipur).


Enfin une terrasse de restaurant, une bonne bière plus ou moins locale, et la promesse d'un bon repas dans un bistrot sympathique. Une soirée ou personne ne parlera ni de moto, ni du road du lendemain, ni de timing, ni de météo... Une vraie trêve à refaire le monde à grands renforts de conneries, puis nous rentrons nous coucher.


Ce matin, nous savons que la journée va être compliquée, déjà pour récupérer les motos que nous n'avons pas voulu laisser traîner dans le quartier. Petit passage shopping pour le petit déjeuner, Mahel en passager, nous ne parviendrons pas à prendre la route avant 10h. Bien trop tard à la vue de la journée qui nous attends, mais nous ne pouvions humainement pas faire mieux. Nous partons sous une chaleur suffocante, mais avant l'arrivée de la perturbation pluvieuse qui descend du nord.

Sur la moto, la journée d'aujourd'hui est la même que celle de la veille, mais en pire ! Les arrêts sont millimétrés, optimisés comme nous savons désormais bien le faire, mais la seule promesse d'une arrivée pas trop tardive ne fait passer que difficilement les heures d'autoroute sans intérêt entre chaque pause.  Le repas est pris au milieu des camions, nous ne sommes plus à cela près, et surtout les pauses se font de plus en plus nécessaires.


Nous arrivons finalement au camping peu après 18h, et nous évitons de justesse la pluie. Déjà nous calons la journée du lendemain, en effet, le tarif exorbitant d'un ferry nous interpelle. 10 fois plus cher qu'en Norvège ! D'autant qu'un détour par la route ne nous prendrait que 10 minutes de plus, mais l'idée d'une nouvelle très grosse journée ne nous enchante pas des masses. Nous décidons donc unanimement de prendre le bateau, doutant que nos corps ne supporte une nouvelle journée comme celle-ci (nous ne sommes que des hommes ! Sauf Laure, mais elle n'a pas son permis ! :) )

Enfin, j'ai la présence d'esprit de vérifier mes mails. Bonne idée,  les horaires ont encore changés. Nous gagnons une heure grâce à un check-in écourté, mais surtout nous arriverons 2 heures plus tard que les 05h30 initialement prévus.