samedi 1 juillet 2017

Entre les gouttes

Hier soir, nous prenons finalement le métro pour visiter la capitale Suédoise. Nous parvenons à y être suffisamment tôt pour se laisser guider sans l'écouter par Laure qui a déjà eu l'opportunité d'une visite guidée. Nous faisons donc le tour des clichés touristiques immanquable du centre-ville et quelques emplettes auprès des vendeurs de bibelots hors de prix et leurs caissiers typiques de la région (de Jaipur).


Enfin une terrasse de restaurant, une bonne bière plus ou moins locale, et la promesse d'un bon repas dans un bistrot sympathique. Une soirée ou personne ne parlera ni de moto, ni du road du lendemain, ni de timing, ni de météo... Une vraie trêve à refaire le monde à grands renforts de conneries, puis nous rentrons nous coucher.


Ce matin, nous savons que la journée va être compliquée, déjà pour récupérer les motos que nous n'avons pas voulu laisser traîner dans le quartier. Petit passage shopping pour le petit déjeuner, Mahel en passager, nous ne parviendrons pas à prendre la route avant 10h. Bien trop tard à la vue de la journée qui nous attends, mais nous ne pouvions humainement pas faire mieux. Nous partons sous une chaleur suffocante, mais avant l'arrivée de la perturbation pluvieuse qui descend du nord.

Sur la moto, la journée d'aujourd'hui est la même que celle de la veille, mais en pire ! Les arrêts sont millimétrés, optimisés comme nous savons désormais bien le faire, mais la seule promesse d'une arrivée pas trop tardive ne fait passer que difficilement les heures d'autoroute sans intérêt entre chaque pause.  Le repas est pris au milieu des camions, nous ne sommes plus à cela près, et surtout les pauses se font de plus en plus nécessaires.


Nous arrivons finalement au camping peu après 18h, et nous évitons de justesse la pluie. Déjà nous calons la journée du lendemain, en effet, le tarif exorbitant d'un ferry nous interpelle. 10 fois plus cher qu'en Norvège ! D'autant qu'un détour par la route ne nous prendrait que 10 minutes de plus, mais l'idée d'une nouvelle très grosse journée ne nous enchante pas des masses. Nous décidons donc unanimement de prendre le bateau, doutant que nos corps ne supporte une nouvelle journée comme celle-ci (nous ne sommes que des hommes ! Sauf Laure, mais elle n'a pas son permis ! :) )

Enfin, j'ai la présence d'esprit de vérifier mes mails. Bonne idée,  les horaires ont encore changés. Nous gagnons une heure grâce à un check-in écourté, mais surtout nous arriverons 2 heures plus tard que les 05h30 initialement prévus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire