lundi 26 juin 2017

Lofoten

Le réveil sonne à 05h00. Dur ! Nous devons attraper le ferry pour les Lofoten. Juste le temps de s'habiller, nous déjeunerons dans le ferry, très tôt du coup. Tout se passe bien nous sommes dans les temps, et arrivons à l'heure pour l'embarquement. Suivent 3 heures de traversée durant lesquelles notre destination se dessine de plus en plus nettement à l'horizon. Beaucoup de nuages mais quelques coins de ciel bleu nous laissent l'espoir d'une belle journée, si ce n'est ce vent à écorner les élans !


Débarquement entre Å et Reine. Le spectacle est grandiose, et aucun des nombreux touristes ne s'y trompent. Nous n'avons jamais croisé autant de Français que durant cette journée ; mais je ne saurais me prononcer sur le ratio vis-à-vis de la quantité.

Nous suivons le matin l'autoroute, ou plutôt la route à camping-cars ou encore la route à touristes. Elle a l'avantage de rallier tous les principaux spots de la presqu’île. Nous aurions en effet de quoi nous arrêter tous les 300 mètres, mais rapidement nous ne nous imposons plus qu'une pause toutes les 15~20 minutes pour tenter de tenir le planning qui était pourtant lâche aujourd'hui. L'île mérite effectivement les superlatifs qui m'en ont été faits. Un concentré de ce que l'on a pu voir jusqu'à présent avec des sites et des paysages qui s’enchaînent sans discontinuer.


Dès 11h30, une pause s'impose. Nous prenons notre déjeuner au dessus de Nusfjord, un joli petit village de pêcheur devenu attraction touristique locale. Et rentable ! L'entrée du village elle même est tarifée, nous y préférerons les hauteurs aussi jolies et plus économiques. Pour les bibelots souvenir, on repassera.


La visite continue vers Ballstad. Nous nous retrouvons dans une petite ville sans attrait, le cœur de la visite n'étant qu'un quartier de la ville, l'ancien port de pêche. Nous sentons le remake de la précédente visite et préférons passer notre chemin.

Nous sortons enfin de l'autoroute pour une petite route littorale plus longue mais plus typique. En effet, les paysages sont moins sensationnels, mais la route est bien plus agréable et moins fréquentée. Nous distançons nos pauses photos, la journée commence à être longue pour les lèves tôt que nous avons été.


L'île n'étant pas bien grande, nous n'avons pas d'autre choix que de retrouver l'autoroute. Déjà, nous amputons le parcours de quelques détours. Le point de chute fixé n'est pas encore tout à coté, mais déjà nous rognons sur l'option camping ; car la fatigue se fait sentir dans le groupe et un peu de confort semble s'avérer nécessaire.


Dernière petite liaison avant le dernier ferry de la journée ; une petite route campagnarde qui ne s'apprécie pas à sa juste valeur, le cœur n'y est plus. La fatigue a eu raison de mes compagnons de route à qui mes beaux paysage ne font plus ni chaud ni froid.

Nous trouvons non sans mal une petite cabane pour la nuit. Nous sommes maintenant sur l’île de Langøya dans les Vesterålen, bien moins touristique que sa sœur aînée, plus typique. Décision est prise d'écourter le voyage pour tirer à partir de demain au plus court et ainsi gagner quelques kilomètres et heures de roulage par jour restant. Je suppose que c'est mieux ainsi, pour protéger les souvenirs agréables de ce périple...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire