samedi 24 juin 2017

No rain, no gain.

Quand nous nous levons ce matin, il pleut. Le pécheur nous avait prévenu hier, et pour notre malheur, il avait raison. La pluie a moto, ce n'est pas rigolo, mais partir sous la pluie c'est pire encore. 

En plus, ce matin, nous avons un timing serré. La matinée se déroulera comme dans attrape moi si tu peux, il faut avoir le ferry précédent celui prévu ; et lorsque nous sommes en avance, celui encore avant. Nous ne gagnons pas toujours, mais nous nous en sortons plutôt bien ; mais au prix du sacrifice du repas de midi. Nous ne nous arrêtons qu'à minima pour l'essence et les bacs. 


Nous devinons cependant des paysages qui doivent être magnifiques en été, mais aujourd'hui le plafond plus que bas gâche carrément le plaisir. La route saute d’îlots en promontoires rocheux, avant de retrouver enfin un bout de côte improbable. Nous traversons un bras de terre accessible uniquement par un bac au nord et un autre au sud, la nature torturée en interdisant l'accès par les terres. Du coup, presque pas de photos, nous garderons pour nous ce que nous aurons pu deviner de cette RV17 tant encensée. Nous nous accordons tout de même la visite d'une Eglise typique de la région.


Une légère accalmie dans l'après midi nous permet de mieux apprécier le paysage qui diffère encore à ce que nous avions laissé la veille. Les hautes montagnes sont de retour, semblant faites d'un seul bloc de roche auquel tente de s'agripper quelques arbustes au pied alors que la neige s'étale au sommet. Dorénavant, même l'océan ne parvient plus à stopper le relief. Et ce sont des centaines de dents rocheuses vertigineuses qui s’éparpillent en îlots sur l'océan et jusque au ciel, tandis que les fjords plus escarpés et hostiles ne laisse plus de place que pour de petits ports nichés en leurs fonds. 



Après une journée si éprouvante, quelques kilomètres à peine avant notre camp pour la nuit, nous recevons une récompense à la hauteur des périples de la journée. En plein milieu de la route, tout un troupeau d'élans s'offrent en spectacle à nos seuls yeux ébahis. Magnifique !


Nous arrivons finalement au camping au confort sommaire mais suffisant. Une bonne nuit bien méritée nous attends et demain : grasse mat' imposée par les horaires des ferry dominicaux. Quant à la météo... 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire